La nuit tombe, le soleil se couche et les lourds nuages annonciateurs de pluie et de vent s'amoncellent au-dessus de nos têtes. On dirait que le ciel reflète l'humeur de la société française.

Grincheux, grognons, revendicateurs, revenchards, raz- le- boleurs, ils sont tous dans la rue pour exprimer leur insatisfaction et leur amertume.c'est un remake typiquement français. On élit un gugusse,et bien sûr dès que celui -ci met en pratique la politique qu'il incarne, tout le monde râle.

Bien sûr avant de s'attaquer aux soient disant régimes spéciaux de retraite des fonctionnaires ,le gugusse en question n'aurait- il pas dû dire que s'il voulait aligner ces régimes par souci d'équité, il en ferait de même pour tous les régimes. Car parlons- en de ces régimes dont les médias taissent l'existence d'une façon qui peut paraître complice.  Oui parlons- en  de ces retraites que nos élus touchent sans nécessairement avoir cotisé et sans avoir le nombre de trimestre qu'ils veulent imposer à leurs concitoyens . Oui parlons-en de ce cumul de retraites que les ex-gugusse encaissent tout en continuant des activités rémunératrices  " comme au conseil constitutionnel"  .Oui parlons- en de ces salaires faramineux accompagnés de stock options et de parachutes dorés dont les sommes cumulées et redistribuées pourraient faire oublier la misère dans l'hexagone .Vous allez dire que cela ne concerne qu'un petit pourcentage par rapport à l'ensemble des français .Mais pour moi quand on parle d'équité, cela veut dire équité donc tout le monde doit se remettre en question et cela sans exception jusqu'au sommet de l'état. Alors,on pourra peut-être parler de transparence et d'égalité  et remettre les choses à plat sans appeler REFORMES ce qui n'est tout simplement qu'une remise en cause des avantages acquis.Oui il faut arrêter de manipuler les mots comme on essaye de manipuler les gens. Mais je rève, depuis le temps que je vis dans ce monde d'abrutis je sais que cette citation c'est la bonne.

"La définition du capitalisme, c'est l'exploitation de l'homme par l'homme;le syndicalisme c'est le contraire:.

Nous saluons le courage des gens qui malgré les difficultés pour se rendre à leur travail,ont rempli leurs obligations de salariés, mais c'est bizarre pour eux on ne parle pas de compensation.